منتديـــات المدرســــــة العليـــــا للأساتــــــذة بوزريعــــــة
مرحبا بك زائرنا الكريم ،إذا كانت هذه زيارتك الأولى للمنتدى، فيرجى التكرم بزيارة صفحة التعليمات ،كما يشرفنا أن تقوم بالتسجيل إذا رغبت بالمشاركة في المنتدى، أما إذا رغبت بقراءة المواضيع و الإطلاع فتفضل بزيارة القسم الذي ترغبENSB .




 
الرئيسيةالتعريف  بالمدرس .و .جبحـثالتسجيلدخول
 ترقبوا جديد الأخبار على هذا الشريط ..
 تم فتح باب طلبات الاشراف لمن يود ذلك يضع طلبه في المجموعات ( المشرفون) ملاحظة: يجب مراجعة قوانين طلبات الاشراف قبل و ضع الطلب .

شاطر
 

 LITTERATURE FRANÇAISE 1:LE XVIIe Siècle

اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
samira_26_92
مشرفة
مشرفة
samira_26_92

انثى
عدد المساهمات : 415
نقاط النشاط : 1348
تاريخ التسجيل : 08/06/2012
تاريخ الميلاد : 26/03/1992
العمر : 27
نوع المتصفح : LITTERATURE FRANÇAISE 1:LE XVIIe Siècle Fmfire10

LITTERATURE FRANÇAISE 1:LE XVIIe Siècle Empty
مُساهمةموضوع: LITTERATURE FRANÇAISE 1:LE XVIIe Siècle   LITTERATURE FRANÇAISE 1:LE XVIIe Siècle Emptyالثلاثاء 10 يوليو 2012, 16:37

La prose au XVIIe siècle est loin d'être uniquement romanesque. L'émergence de la prose classique a lieu notamment dans des textes pour lesquels on pourrait presque parler de "prose pure", car ils se caractérisent par le refus de la fiction et de l'appareil poétique, et dans lesquels la recherche de la perfection du style est primordiale tout en n'étant pas, en général, sa finalité même. La prose du début du siècle, alors que l'usage du néo-latin est encore fréquent, est nettement imitée de la phrase latine, longue et complexe. La phrase courte est rejetée jusqu'à la révolution pascalienne, qui permettra l'avènement de stylistes comme La Bruyère.
LITTERATURE FRANÇAISE 1:LE XVIIe Siècle Img1018
Chez les épistoliers, mémorialistes et moralistes, la prose classique est l'instrument de l'expression du moi. Elle est aussi un instrument pédagogique avec la floraison des dictionnaires, grammaires, traductions, ouvrages historiques et scientifiques, traités pédagogiques : Antoine Gombaud (1607-1684), Bernard Lamy (1640-1715), Antoine Galland (1646-1715).

Enfin, tout au long du siècle, la prose est le véhicule de la pensée, des idées, des croyances et des polémiques. Descartes (1596-1650) est ainsi le premier grand philosophe de langue française, dans laquelle il implante le langage philosophique : pour son Discours de la méthode (1637), il rejette l'usage académique du latin ; il y revient ensuite par exemple avec les Méditationes (1641), mais son dernier livre, le Traité des Passions (1649) sera écrit en français. Seule la langue maternelle peut en effet convenir pour exprimer une philosophie fondée sur les "lumières naturelles" de chacun dans laquelle la parole très imagée et l'usage de métaphores simples et claires restituent le discours et l'émergence de la conscience. On peut aussi citer Nicolas Malebranche (1638-1715), Pierre Gassendi (1592-1655), Gabriel Naudé (1600-1653), Charles de Saint-Evremond (1613-1703), François La Mothe Le Vayer (1588-1672), Pierre Bayle (1647-1706) ou Fontenelle (1657-1757).

Il convient également de ne pas oublier la prose orale, encore toute empreinte d'éloquence à l'antique. Elle se déploie dans l'éloquence d'apparat (discours politiques ou discours de réception à l'Académie française) mais surtout dans l'éloquence religieuse, qui permet à divers écclésiatiques hommes de lettres de séduire et de convaincre par leur brillant. La prédication est le complément en langue française de l'office religieux en latin, et cette éloquence de la chaire offre de très beaux exemples de rhétorique pure : Nicolas Coëffeteau (1574-1623), Jean-Pierre Camus (1589-1652), Saint Vincent de Paul (1576-1660), Claude de Lingendes (1591-1660), Antoine Godeau (1605-1672), Jean-François Senault (1599-1672), Louis Bourdaloue (1632-1704), Esprit Fléchier (1632-1710), Jules Mascaron (1634-1734).

Mais le plus célèbre est Jacques Bénigne Bossuet (1627-1704), le prédicateur à la mode à partir des années 1660, grâce à ses Sermons, et surtout à ses Oraisons funèbres, entreprise plus littéraire destinée à la publication. Sa prose est empreinte de sévérité janséniste et sa vision pessimiste (fuite du temps, vulnérabilité de l'homme, omniprésence du thème de la mort), mais il retrouve pour évoquer ces thèmes les accents du lyrisme baroque, qui "donne à voir" (prolifération des images et métaphores, puissance d'évocation, tableaux fulgurants).




LITTERATURE FRANÇAISE 1:LE XVIIe Siècle 1334238328241
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
 
LITTERATURE FRANÇAISE 1:LE XVIIe Siècle
الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1
 مواضيع مماثلة
-
» Abréviations Commerciales
» situation probleme
» site de français

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
منتديـــات المدرســــــة العليـــــا للأساتــــــذة بوزريعــــــة :: 
Forum Français
 :: Français PEP
-
انتقل الى: